2015 is going to be an amazing year for ANIMATION.

I’m looking forward to 2015, purely because of the animated films coming out. The line up is looking amazing with next year being the first time PIXAR releases two films in the same year. Check out some of the cool films coming soon:

Inside Out

Le Petit Prince (The Little Prince)

Minions (extension of Despicable Me Series)

Anyone else ridiculously excited?

Le Cinéma de GODARD.

“Je ne veux pas parler que de cinêma, pourquoi parler d’autre chose? avec le cinéma on parle de tout, on arrive à tout.” – Citation par Jean Luc Godard 
Translation: I don’t want to talk about anything besides cinema, why talk about other things? With cinema, we end up talking about other things, we arrive at anything and everything. 
The Trailer for Contempt/ La Band-Annonce pour Le Mépris : Click here. 

Réflexions sur le marketing de “Gatsby Le Magnifique” (Baz Luhrmann, 2013)

A mon avis, le marketing a bien marché – particulièrement avec la jeunesse à cause de la musique moderne. On peut noter la chanson de Lana Del Rey qui est sortie comme un single en avance pour promouvoir le film, avec aussi des courts morceaux des chansons dans la bande-annonce. La sortie de chansons avant le film est une stratégie établie – par exemple, dans les adaptations des comédies musicales de Broadway ou des films bollywoodiens. La stratégie augmente l’anticipation pour le film. Le public connaît déjà la chanson (les paroles, le rythme, le style, etc.) donc, c’est plutôt une question de comment le réalisateur va utiliser les chansons ? Quels types d’images va accompagner la musique que je connais déjà ? Aussi, c’est une stratégie de « synergie » entre le producteur de la musique et le producteur du film – chacun bénéficiant du succès de l’autre, en particulier avec la musique moderne. Dans la livre The Sound of Music, Jeff Smith explique comment l’industrie du rock-n-roll a changé la relation entre la musique et le film. Tout d’abord, l’énorme succès des bandes originales de The Graduate (1967) et Easy Rider (1969) ont beaucoup fait pour promouvoir l’utilisation de chansons rock et pop comme soulignement dramatique et comme une attraction pour le marché de la jeunesse. De plus, Smith ajoute « As rock tunes gradually found their way into more and more soundtracks, the scores themselves began to seem more and more indistinguishable from the pop albums that inspired them.» (Traduction : Comme de plus et plus de bandes originales utilisaient la musique rock, les bandes originales ne pouvaient plus être distinguées de la musique pop). Dans le cas de Gatsby le Magnifique, la relation entre la musique et le film était très proche – le musique de rap et hip hop avait inspiré Luhrmann de tourner le film dans ce style. Et si on écoute juste le CD dirigé par Jay-Z, ce n’est pas évident que c’est une bande originale. Du coup, ce sont de vraies chansons qui peuvent être chacune un single. Pas comme une bande-annonce qui est présente juste pour l’accompagnement du film, les chansons de Gatsby le Magnifique sont des chansons de notre époque. À la fin, il ne faut pas oublier les intérêts concurrents et parfois contradictoires, des maisons de disques, les éditeurs et les producteurs de films. Smith explique la musique avait la responsabilité aussi de générer des ventes de disques et d’être diffuser à la radio en plus de penser de la narration et la continuité du film. Et la radio et internet ont aidé à la diffusion des chansons dans le but de vendre les chansons elles-mêmes. Mais par la synergie, cette diffusion peut aussi promouvoir le film. Par conséquent, la synergie avec la musique moderne peut fonctionner comme une stratégie de marketing comme nous l’avons vu pour ce film. Les deux campagnes marketing travaillent ensemble pour attirer un public et lui dire qu’il existe les autres produits du même thème.