Reflections on my week in BOSTON… and a peek into Harvard/MIT.

IMG_0053 IMG_0056

Reflections on my short trip to Boston:

  1. I personally found Boston to be the older and more attractive sibling of New York: the streets are cleaner, the people are friendlier, and the architecture is diverse. (Boston is the perfect mix between tradition and modernity). Plus, Boston is quite small, making the walk from the North end all the way to Cambridge a charming afternoon.
  1. The city has a bustling culture scene. I was fortunate enough to catch a Puerto Rican festival this past weekend. First, my friend and I stumbled upon a full free night concert and the next day we saw a parade! The atmosphere was absolutely joyous due to the wonderful Bostonian people and hispanic pride. The cultural diversity of the city adds to its dynamic ambiance. (Fun fact from a local: Boston has a large Puerto Rican community).
  1. Boston could easily be identified as a university area. The actual city is filled with names ranging from Northeastern, Berklee School of Music, Tufts, Boston University, and Boston College. And just across the Charles River are MIT and Harvard in Cambridge. As a student aspiring to their high calibre, I found the two prestigious universities to be aweing and yet normal. By talking to current students, it became clear that going to Harvard or MIT was difficult (but DEFINITELY not unattainable through hard work). Insider information: Harvard students pee on the statue of John Harvard, so DON’T rub the foot. Also, MIT students love climbing on things… buildings, the alchemist statue, etc.
  1. The transportation was easy to use and efficient. I was staying at MIT in Cambridge, which was closely connected to the city through the T (metro). There were also buses and other quick links. I’m biased because I live in London, but hey, for an American city the public transportation was pretty good!
  1. So much to do! So much to see! So much to enjoy! There are museums, historical sites, comedy clubs, malls, movie theatres, Red Sox games, food markets, parks and so so so much more. Additionally, the city appears to care for its citizens. For example, the greenway is a park stretch from the North End to South Station. AND there’s free wifi on this strip (it also has benches, tables, fountains, and vegetation).
  1. The people were absolutely lovely. The population sample was probably skewed away from students because it was summer, but I found Boston to have a nice mix of students, young professionals, and established business suits. Although it heavily depends on the area, Boston also has a nice balance between the different socio-economic classes.

Personal recommendations for places to visit:

  1. Boston Commons
  2. Faneuil Hall Marketplace/Quincy Market – bustling food and clothing stores
  3. Beacon Hill – where the rich people live
  4. North End – Italian part (must try cannoli)
  5. Newbury Street – shopping and beautiful area
  6. Freedom Trail
  7. The financial district
  8. The Boston Harbour Inn
  9. The different university campuses (especially Cambridge)

Food/Drink:

  1. Eat lunch or dinner on top of the Prudential Tower for an amazing view of Boston
  2. Coffee and a sandwich at Thinking Cup
  3. Coffee shop experience =  Flour Bakery and Cafe 
  4. Brunch in Cambridge – Area Four (they serve pizza!)
  5. Boston Common Coffee (why go to Starbucks when Boston has its own chain?)
  6. La Burdicks – for a hot chocolate experience like a true Harvard Student
  7. Georgetown Cupcakes – there’s one on Newbury street

Final Conclusion: Boston… I’ll be coming back for you someday. You absolutely took my heart away!

Le Quai Saint-Michel et Notre-Dame, par Maximilien Luce, 1901

Le Quai Saint-Michel et Notre-Dame, par Maximilien Luce, 1901

Cette œuvre présente le spectateur avec les coups de pinceau et les couleurs irréel et pâle. La peinture est plate à cause des couleurs et de la perspective. Il y a un horizon dans la composition, mais les lignes de force sont justes verticaux et horizontaux. La route sort de l’écran ; c’est-à-dire que le point de fuite est à l’extérieur du cadre, donc le spectateur n’a pas un grand sens de perspective dans le paysage. Mais le but n’est pas pour le spectateur à entrer dans le cadre, mais de rester au niveau d’œuvres d’art (voir plus en bas). Même si l’œuvre nous présente les moyens artistiques d’huile sur toile, la peinture représente un paysage réel d’un style plein-air avec lumières qui représente un moment spécifique dans la journée. L’œuvre représente un paysage d’espace devant Notre Dame. De plus du titre d’œuvre, les moyens artistes mettent en valeur Notre Dame. Le point de vue pris par l’artiste n’est pas au niveau de rue avec la population, mais la composition est au même niveau de Notre Dame avec le horizon directement dans le centre de cadre. Aussi le centrage et le ton-en-ton avec les couleurs complémentaires expriment l’importance de cathédrale. Même si la taille de Notre Dame n’est pas extrêmement plus grande que les autres éléments, les autres moyens artistiques évoquent son importance pour la société de l’époque. On peut noter aussi que la lumière évoque le mouvement parce que le soleil change ombres et de lumière pendant les différentes parties de la journée, donc le paysage est en constante évolution. Aussi, le moyen artistique des petits points des couleurs évoque le mouvement car il rend les yeux se déplacent (un peu comme Le Bal du Moulin de la Galette par Auguste Renoir en 1876). On peut dire que la touche d’artiste exprime le mouvement parce que les gens sont floues – comme s’ils étaient pris dans le mouvement. Aussi, il y a un niveau de naturalisme qui vient avec plein air parce que il y a une représentation des personnes de différentes classes économiques – des riches femmes avec belles robes et s travailleurs manuels.

L’œuvre est figurative, mais la représentation n’est pas totalement réaliste parce que l’artiste a pris des libertés avec les moyens artistiques. De plus, la touche de l’artiste et le moyen artistique des couleurs présente l’œuvre – l’huile sur toile. Cette œuvre joue sur la position de spectateur dans l’espace devant l’œuvre parce que l’interprétation des couleurs dépend si les points de couleurs se mélangent ou pas. Les petits points comme un construction d’œuvre met Luce et cette œuvre dans le style néo-impressionnisme ou précisément pointillisme. De plus, il y a plus d’importance mis sur le spectateur parce que ce style de peinture exprime l’idée que l’œuvre est crée dans le cerveau de spectateur. Même si c’œuvre est un représentation d’un vrai paysage et peut-être peiné en plein-air, cette ouvre n’est pas un fenêtre d’un autre monde comme la mentalité avant les impressionnistes. Ici Luce était au niveau des moyens artistique avec Van Gogh (La Nuit étoilée, 1889) ou Georges Seurat (la Parade, 1889). C’est-à-dire que les couleurs et coupes de pinceau nous présente un œuvre d’art d’une manière fabriqué, mais il y a une représentation du paysage devant Notre Dame. C’est important aussi de noter que cette œuvre est un paysage avec un sujet réel. Même si les couleurs ne sont pas réaliste, l’effet de contraste avec les couleurs chaudes conter froides qui évoque le soleil et repesent les lumières d’une façon réel. Le travaille sur les lumières me semblent être en ligne avec la peinture de l’air plein. Aussi, la composition qui met juste un demi d’un persona dans le coin inférieur droit de la peinture me rappelle de la peinture Rue De Paris, Temps de Pluie (1877) Par Gustave Caillebotte. Alors que Notre Dame est centré et adhère à la composition classique, la moitié d’une personne exprime la révolution de cadrage qui s’est passé à la fin du 19ème siècle.