Designing LIFE according to architects Ted Mosby and Frank Gehry.

Designing LIFE according to architects Ted Mosby and Frank Gehry.

HOW I MET YOUR MOTHER QUOTES

“There are a lot of little reasons why the big things in our lives happen.”
– Ted, Season 4, Episode 22

“Look, you can’t design your life like a building. It doesn’t work that way. You just have to live it… and it’ll design itself.”
– Lily, Season 4, Episode 24

THE BUILDING AND ARCHITECT

The image shows one of my favourite architectural structures of the modern era. It’s Frank Gehry’s Guggenheim Museum in Bilbao, Spain. (Built 1997)

“The recent work of Frank Gehry epitomises both the folding and complexity theories without explicitly being based on either. Gehry is aware of the writings on both and respects them, but he is led more by his intuitive concerns. Nevertheless, his new Guggenheim Museum in Bilbao characterises the supple, pliant, moving qualities of the one and the notions of self-organising systems and the fractal order of the other.”

Charles Jenks, “Post-Modernism and the Revenge of the Book,” in This is Not Architecture, eds. Kester Rattenbury (London and New York: Routledge, 2002), 191.

Gehry on design teams for architecture: “I collaborate with people on projects because it enriches the mix and gets you somewhere else that you wouldn’t have gotten to otherwise. When it’s really working, it is like holding hands and jumping off a cliff together.”

Barbara Isenberg and Frank Gehry, Conversations with Frank Gehry (New York: Alfred A. Knopf, 2009), 155.

If you’re interested in Frank Gehry, I would recommend the documentary: Sketches of Frank Gehry (Sydney Pollack, 2006). It’s less than 90 minutes long and provides personal interviews with the architect about his career, creative process, and opinion on life.

Le Quai Saint-Michel et Notre-Dame, par Maximilien Luce, 1901

Le Quai Saint-Michel et Notre-Dame, par Maximilien Luce, 1901

Cette œuvre présente le spectateur avec les coups de pinceau et les couleurs irréel et pâle. La peinture est plate à cause des couleurs et de la perspective. Il y a un horizon dans la composition, mais les lignes de force sont justes verticaux et horizontaux. La route sort de l’écran ; c’est-à-dire que le point de fuite est à l’extérieur du cadre, donc le spectateur n’a pas un grand sens de perspective dans le paysage. Mais le but n’est pas pour le spectateur à entrer dans le cadre, mais de rester au niveau d’œuvres d’art (voir plus en bas). Même si l’œuvre nous présente les moyens artistiques d’huile sur toile, la peinture représente un paysage réel d’un style plein-air avec lumières qui représente un moment spécifique dans la journée. L’œuvre représente un paysage d’espace devant Notre Dame. De plus du titre d’œuvre, les moyens artistes mettent en valeur Notre Dame. Le point de vue pris par l’artiste n’est pas au niveau de rue avec la population, mais la composition est au même niveau de Notre Dame avec le horizon directement dans le centre de cadre. Aussi le centrage et le ton-en-ton avec les couleurs complémentaires expriment l’importance de cathédrale. Même si la taille de Notre Dame n’est pas extrêmement plus grande que les autres éléments, les autres moyens artistiques évoquent son importance pour la société de l’époque. On peut noter aussi que la lumière évoque le mouvement parce que le soleil change ombres et de lumière pendant les différentes parties de la journée, donc le paysage est en constante évolution. Aussi, le moyen artistique des petits points des couleurs évoque le mouvement car il rend les yeux se déplacent (un peu comme Le Bal du Moulin de la Galette par Auguste Renoir en 1876). On peut dire que la touche d’artiste exprime le mouvement parce que les gens sont floues – comme s’ils étaient pris dans le mouvement. Aussi, il y a un niveau de naturalisme qui vient avec plein air parce que il y a une représentation des personnes de différentes classes économiques – des riches femmes avec belles robes et s travailleurs manuels.

L’œuvre est figurative, mais la représentation n’est pas totalement réaliste parce que l’artiste a pris des libertés avec les moyens artistiques. De plus, la touche de l’artiste et le moyen artistique des couleurs présente l’œuvre – l’huile sur toile. Cette œuvre joue sur la position de spectateur dans l’espace devant l’œuvre parce que l’interprétation des couleurs dépend si les points de couleurs se mélangent ou pas. Les petits points comme un construction d’œuvre met Luce et cette œuvre dans le style néo-impressionnisme ou précisément pointillisme. De plus, il y a plus d’importance mis sur le spectateur parce que ce style de peinture exprime l’idée que l’œuvre est crée dans le cerveau de spectateur. Même si c’œuvre est un représentation d’un vrai paysage et peut-être peiné en plein-air, cette ouvre n’est pas un fenêtre d’un autre monde comme la mentalité avant les impressionnistes. Ici Luce était au niveau des moyens artistique avec Van Gogh (La Nuit étoilée, 1889) ou Georges Seurat (la Parade, 1889). C’est-à-dire que les couleurs et coupes de pinceau nous présente un œuvre d’art d’une manière fabriqué, mais il y a une représentation du paysage devant Notre Dame. C’est important aussi de noter que cette œuvre est un paysage avec un sujet réel. Même si les couleurs ne sont pas réaliste, l’effet de contraste avec les couleurs chaudes conter froides qui évoque le soleil et repesent les lumières d’une façon réel. Le travaille sur les lumières me semblent être en ligne avec la peinture de l’air plein. Aussi, la composition qui met juste un demi d’un persona dans le coin inférieur droit de la peinture me rappelle de la peinture Rue De Paris, Temps de Pluie (1877) Par Gustave Caillebotte. Alors que Notre Dame est centré et adhère à la composition classique, la moitié d’une personne exprime la révolution de cadrage qui s’est passé à la fin du 19ème siècle.